Préface

 
 
La prévention des risques naturels et technologiques majeurs est bien l'affaire de tous et donc de chaque citoyen, même si l'État, avec les collectivités locales à ses côtés, par l’information qui est diffusée et les dispositifs d'alerte et de secours, a la responsabilité première de la sécurité de nos concitoyens.

Le droit à l'information des populations sur les risques majeurs est inscrit dans le code de l'environnement.

L'article L.125-2 précise que « les citoyens ont un droit à l'information sur les risques majeurs auxquels ils sont soumis dans certaines zones du territoire et sur les mesures de sauvegarde qui les concernent ».

À ce titre, l'information préventive sur les risques majeurs constitue un des piliers de la politique de prévention.

Le département des Alpes-Maritimes, particulièrement exposé aux risques naturels majeurs et technologiques pouvant occasionner des catastrophes telle que celle que nous avons connue le 3 octobre 2015, ne doit pas y échapper et doit se préparer pour faire face collectivement. Les mesures de prévention des risques dépendent en effet en partie de la connaissance qu'ont les habitants des menaces auxquelles ils sont soumis.

Cette information préventive doit permettre à chaque citoyen de connaître les risques auxquels il peut être exposé ainsi que les mesures de prévention, de protection et de secours, mises en place par les pouvoirs publics.

Le dossier départemental des risques majeurs (DDRM) doit jouer cette interface entre la connaissance des risques sur un territoire donné que chaque individu est en droit d'obtenir de l'État, et la réponse à apporter pour y faire face efficacement le moment venu avec pour cela l'acquisition d'une véritable culture du risque. Cette connaissance permettra ainsi de réduire la vulnérabilité et développer un comportement responsable et approprié.

C'est à cette fin que le dossier départemental des risques majeurs des Alpes-Maritimes, dont la précédente version datait de 2007, a été mis à jour.

À partir de ce dossier, les communes devront élaborer le dossier d'information communal sur les risques majeurs (DICRIM) et le plan communal de sauvegarde (PCS) afin de décliner et diffuser la connaissance des risques majeurs au niveau communal.

Adolphe COLRAT
Préfet des Alpes-Maritimes