Plan de soutien aux associations de lutte contre la pauvreté : 16 projets retenus dans le 06 !

 

Le plan de soutien devait initialement être mis en œuvre sur 2 ans. Compte tenu du grand nombre et de la qualité des projets déposés en 2021, l'intégralité de l'enveloppe a été débloquée. La seconde phase d’appel à projets prévue en 2022 est donc annulée.

Face à une crise épidémique qui pèse lourdement sur les populations les plus précaires, les associations de lutte contre la pauvreté jouent un rôle incontournable pour subvenir aux besoins de millions de foyers en difficulté. Afin de soutenir l’activité de ces associations et leur permettre de toujours mieux répondre aux urgences sociales, le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, avait annoncé un plan de soutien exceptionnel de 100 millions d’euros s’inscrivant dans le plan de relance national « France Relance ».

Ce plan de soutien a pris la forme d’un appel à projets ouvert en novembre dernier, visant pour un tiers le financement de projets associatifs d’ampleur nationale et pour deux tiers le financement de projets d’envergure régionale ou infra-régionale.

 L’appel à projets du Plan de relance :

Les financements de l’appel à projets sont destinés à soutenir des projets structurants portés par des associations contribuant, par leurs actions, à la lutte contre la pauvreté, quelle que soit leur taille. La sélection des projets est axée sur quatre thématiques :
- Lutte contre la précarité alimentaire, et plus généralement accès aux biens essentiels (alimentation et hygiène) ;
- Accès aux droits ;
- Soutien aux familles notamment durant les 1000 premiers jours de l’enfant, dont l’accueil des enfants de parents demandeurs d’emploi et en insertion sociale et professionnelle ;
- Insertion sociale et professionnelle ;

En date du 15 janvier 2021, clôture de la première vague de l’appel à projet, 2600 candidatures avaient été déposées. Au total, 33 projets nationaux et 576 projets régionaux ont été sélectionnés.

Où se place la région PACA ?

La région PACA est la troisième région de France métropolitaine la plus touchée par les phénomènes de pauvreté après la Corse et les Hauts de France. Dans cette période de crise sanitaire et sociale, la mobilisation de ses associations, ainsi que de ses acteurs publics a été forte. Le vif intérêt démontré pour l’appel à projet « Soutien aux associations de lutte contre la pauvreté» en témoigne.

En PACA, plus de 5,6 M€ seront déployés au titre de cet appel à projet pour financer des projets à impact. Le département des Alpes-Maritimes à lui-seul totalise 16 projets retenus, qui seront financés pour un montant de 1,02 M€.


 Lauréats dans les Alpes-Maritimes (06) : Zoom sur le projet de Bras Ouverts

Le projet de l’association Bras Ouverts vise à lutter contre la précarité alimentaire, au profit de tous les publics précaires dans les communes avoisinant Vallauris et Grasse, notamment au cœur des quartiers prioritaires en politique de la ville.

L'objectif principal de ce projet est de pouvoir accueillir, orienter et servir en nourriture davantage de personnes en situation précaire, notamment : en augmentant l’espace d’accueil, la capacité de stockage ou encore le nombre de ramassage dans les supermarchés et de distributions par semaine ; ou encore en s’équipant en informatique ou en aide psychologique professionnelle pour les personnes fragilisées par la crise, pour les familles avec de jeunes enfants et les personnes très isolées.

La mise en place de ce projet devrait permettre à Bras Ouverts :

  • D'apporter une aide alimentaire à un plus grand nombre de personnes démunies, de les recevoir dans de meilleures conditions et d'augmenter le nombre de ses distributions ; d'augmenter le nombre de ses partenaires sociaux et financiers, par la communication, et d'ainsi tisser un maillage serré dans les villes de Grasse et de Vallauris et communes avoisinantes pour ne laisser personne dans la détresse ;
  • De mieux suivre et orienter ses bénéficiaires afin que des solutions globales soient mises en place rapidement avec les autres acteurs sociaux ;
  • De soutenir, dans un cadre professionnel, les personnes psychologiquement très fragiles qui ont du mal à gérer l'angoisse générée par le contexte actuel de crise.