Archives 2015

Commémoration de l'Appel du Général de Gaulle

 

   

Le 18 juin 2015 a été commémoré, Place du Général de Gaulle à Nice, le 75ème anniversaire de l'Appel du 18 juin 1940.

M. Adolphe Colrat, Préfet des Alpes-Maritimes a présidé cette cérémonie, en présence notamment de MM. Christian Estrosi, Député-Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d'Azur, Patrick Allemand, Premier vice-Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Philippe Rossini, Conseiller départemental, représentant M. Éric Ciotti, Député, Président du Département des Alpes-Maritimes, Mme Dominique Estrosi-Sassone, Sénateur, adjointe au Maire de Nice, du Colonel Jean-Pierre Bédu, Délégué Militaire Départemental, du Lieutenant-Colonel Marie-Christine Fix, Délégué Départemental de la Fondation de la France Libre, de MM. Michel-Jean Floc'h, Inspecteur d'Académie, Jean-Marie Ghibaudo, Président de l'Association des Amis de la Fondation de la France Libre, ainsi que de l'ensemble des associations d'anciens combattants et victimes de guerre.

Lors de cette cérémonie, les enfants de l’école primaire de Raoul Dufy (Voyage de la Mémoire de Flirey, Mai 2015)ont participé aux dépôts de gerbes. L'hymne national et le Chant des Partisans ont été interprétés par la Musique des Sapeurs Pompiers de la Ville de Nice et par La Chorale « Les Voix de Nice » dirigé par le Commandant Romain Mussault.

M. Alexandre Freu, lauréat départemental du Concours national de la Résistance et de la Déportation, a lu l'Appel du 18 juin 1940 , puis le Préfet a donné lecture du message de Secrétaire d’État auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire :

 « Le 18 juin 1940, depuis Londres, le général de Gaulle appelait les Français à refuser la défaite et à poursuivre la guerre par tous les moyens disponibles, partout dans le monde. Refusant l'abaissement de la France, il déclarait : « Quoi qu'il arrive, la flamme de la Résistance ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas ».

En cette journée nationale qui marque le 75e anniversaire de l'appel historique du 18 juin 1940 et le 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, nous rendons hommage au chef de la France Libre et à tous ceux qui l'ont rejoint pour défendre une certaine idée de la France et de la Liberté.

La Nation française rend hommage à ce précurseur, illustre visionnaire, que fut le général de Gaulle.

Précurseur par les conceptions de stratégie militaire liées à l'emploi des blindés qu'il développa largement entre les deux guerres mondiales, qui lui valurent d'être nommé le 11 mai 1940 à la tête de la 4e division cuirassée de réserve ; puis d'être appelé le 6 juin suivant, au poste ministériel de sous-secrétaire d'état à la guerre et à la défense nationale.

Illustre lorsqu’il appela les Français à poursuivre la lutte, créant la France Libre puis la France combattante et unissant ainsi autour de lui tous ceux, en France métropolitaine comme hors de l'hexagone, qui voulaient rendre à la France sa Liberté.

Visionnaire enfin en permettant à la France, après cinq années d’occupation et de combats, de siéger à la table des vainqueurs, retrouvant ainsi sa place pleine et entière dans le concert des nations.

La Nation française ne peut commémorer ce 18 juin sans rendre hommage également à toutes celles et tous ceux qui, refusant la facilité et l'avilissement, répondirent à l'appel et prirent les armes contre l'ennemi, qu'ils aient choisi de servir au sein des Forces Françaises Libres ou qu'ils aient préféré s'engager dans la voie de la Résistance.

Les Français Libres venant de France, d'Afrique et d'ailleurs, légionnaires, tirailleurs, marsouins, marins et aviateurs, constituèrent une admirable cohorte de volontaires ayant en commun la croix de Lorraine.

Les Résistants de l'intérieur, de toutes convictions, de toutes conditions, choisirent de mener le combat sur le territoire national au sein des réseaux, des mouvements et des maquis.

Toutes ces femmes et tous ces hommes ont honoré la promesse du général de Gaulle. Celle du 18 juin 1940 de ne jamais éteindre la flamme de la Résistance. C’est à la lueur de cette flamme que nous devons, 75 ans après, continuer d’écrire l’histoire de notre pays, celle d’un pays libre et fraternel, celle d’une Nation profondément attachée à ses valeurs républicaines. »

photo 1

photo 2

photo 3