Le déminage : son organisation - ses activités

 
 

L'organisation du déminage en France

L’activité de déminage recouvre les missions suivantes :

  •  le traitement des munitions de guerre (EOD) et engins
  •  les interventions sur engins explosifs improvisés (EEI) à but d ’attentat à la suite de leur découverte ou d’alerte à la bombe
  •  la sécurisation des voyages officiels (VO) de personnalités et des manifestations sportives, festives, culturelles, dans le cadre du risque d ’attentat par explosif.

Il est prévu que :

  •  le ministère de l’Intérieur est compétent en tout temps sur terrain civil,
  • Le ministère de la Défense est compétent en tout temps sur terrain militaire ou terrain placé sous la responsabilité des armées, ainsi que les eaux territoriales et sur le rivage de la mer, à l ’exclusion des emprises de ports non militaires.

S ’agissant de la responsabilité du ministère de l’Intérieur, elle s ’exerce :

  •  par le laboratoire central de la préfecture de Police (LCPP) pour PARIS et les trois départements de la petite couronne(92,93,94),
  • par le service du déminage de la Direction de la Défense et de la Sécurité Civiles pour le reste du territoire national.

Le centre de déminage de Nice

Composition
Couverture opérationnelle
Activité (année 2007)

Composition

1 Chef démineur - 10 démineurs

Niveaux de compétence :

  • Niveau 3 - Chef démineur : Organisation de gros chantier, traitement de chantiers rendus délicats par la particularité de la munition (type, chargement) ou de son environnement et toutes responsabilités des niveaux inférieurs.
  • Niveau 2 - Démineur : Identification, neutralisation simple, définition des règles de sécurité, amorçage et mise à feu et toutes responsabilités du niveau inférieur.
  • Niveau 1 - Démineur adjoint : Conduite de véhicules, préparation du travail sous la direction du démineur, chargement, transport, participation aux mesures de sécurité concernant le site, sécurité arrière du démineur, du chef démineur et du chef démineur principal, préparation des fourneaux, nettoyage des zones de destruction des charges neutralisées. Neutralisation des Engins Explosifs Improvisés.

La couverture opérationnelle est assurée 24/24H.

 une équipe de 2 démineurs assure la permanence sur l’aéroport de NICE et sur le département.
 Présence effective à l’aéroport du lundi au jeudi de 08H30 à 17H00 et du vendredi au dimanche de 08H30 à 16H15.
 En dehors des périodes ouvrables le site est couvert par une équipe de démineurs joignable sur un portable de service

Activité (année 2007)

AÉROPORT
  •  Nombre d ’interventions sur colis suspects : 65
  •  Voyages officiels-visites de sécurité : 8
  •  Démantèlement de feux de détresse
DÉPARTEMENT
  •  Nombre d ’interventions sur colis suspect : 26
  •  Voyages officiels-visites de sécurité : 16
  • interventions EOD (munitions) :83 (soit 340 kg)
  • Récupération de matière active : 22 (soit 266 kg)
  • Contrôles de dépôt d ’explosif : 12
  • Destructions : 9
  • Fouilles de prison : 1
  • Véhicules suspects : 1
  • Tentatives d ’attentat avec bouteilles de gaz : 2
  • Attentat chez un particulier : 1
  •  Leurre (bombe fictive) : 2

Déroulement des opérations en matière de traitement des engins explosifs improvisés

La préfecture concernée alerte l’antenne de déminage. Les équipes des sites de déminage sont pré-positionnées pour intervenir sur les objets suspects découverts dans leur zone de compétence. Elles interviennent donc à la demande du responsable de la sécurité du site : chef de circonscription, responsable plate-forme aéroportuaire. Les opérations de recherche et de neutralisation des engins explosifs improvisés (EEI) mettent en œuvre simultanément différents intervenants et doivent être coordonnées sur le terrain par l’autorité de police compétente.

Ces opérations comprennent trois phases :

  •  La recherche: consiste à localiser les objets suspects dans un local ou un lieu donné.
  •  Les mesures conservatoires : Dès qu’un colis suspect est découvert, il appartient au maire, au responsable local de sécurité, au chef de circonscription de police, au commandant de gendarmerie d’informer et de demander immédiatement l’envoi sur place d’une équipe de démineurs. Dans cette attente, il veillera à la mise en place d’un périmètre de sécurité (rayon de cent mètres minimum) et d’autre part à ce que personne ne manipule, ne déplace l’objet suspect. Les sapeurs-pompiers devront être alertés et se tenir prêts à évacuer les blessés et à faire face à tous les risques d’incendie. Il en sera de même pour tous les services de secours et d’urgence notamment ceux des eaux, du gaz et de l’électricité.
  •  L’intervention : elle a pour objet de rendre inoffensif l’engin découvert ou tout au moins d’en minimiser les effets en cas d’explosion. Les délais de déplacement des spécialistes seront mis à profit pour procéder à une enquête sur la réalité de la menace et recueillir des renseignements susceptibles de faciliter l’intervention. Avant de s’engager dans des opérations de neutralisation, l’équipe de démineurs s’assure de la stricte application des mesures conservatoires de sécurité et donne s’il y a lieu, au responsable local des forces de l’ordre, les prescriptions correspondantes qui devront être respectées pendant toute le durée de l’intervention.