Archives 2014

Travaux du tunnel de Tende

 
photo

Sylvie Cendre, sous-préfète de Nice Montagne, a présidé une réunion publique sur les conséquences des travaux du tunnel de Tende le 15 novembre dernier afin de répondre aux interrogations des élus, des associations et des habitants de la vallée de Roya.

Se trouvaient à ses côtés : Jean Claude Martin, du centre d'étude des tunnels, ministère de l'écologie et du développement durable, Vladimir Kuga, adjoint au chef de l'unité de maîtrise d'ouvrage au service transports et infrastructures à la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREALdirection régionale de l'environnement de l'aménagement et du logement) PACA, Marc Javal, directeur des routes et des infrastructures de transport au Conseil général des Alpes-maritimes, Jean-Yves Petit, vice-président délégué au transport et à l'éco-mobilité du Conseil régional PACA, Fabrizio Cardone, directeur des travaux du tunnel de Tende pour le compte de l'ANAS, l'autorité de gestion italienne en charge des travaux, et les maires de Tende et de Limone, Jean-Pierre Vassallo et Angelo Fruttero.

Pour rappel, le tunnel routier de Tende, tel qu'il existe jusqu'à présent, est un tunnel monotube long de 3,2 km, avec une voie dans chaque sens, qui permet de relier le Piémont avec le littoral méditerranéen par la RD 6204. Ce tunnel présente des risques avérés compte tenu de son étroitesse et de sa vétusté. Les difficultés de circulation engendrées et la dangerosité du tunnel ont conduit les deux États à décider de construire un nouveau tunnel.

La solution actée entre la France et l'Italie par lettre conjointe du 18 avril 2005 repose sur la réalisation d'un tube neuf à proximité de l'ancien, puis le réalésage du tunnel existant. La maîtrise d'ouvrage de l'ensemble de l'opération est assurée par l'ANAS italienne.

Après une présentation des travaux par Fabrizio Cardone, les échanges ont notamment porté sur le choix du doublement du tunnel existant, la durée de fermeture imposée par les actuels travaux de drainage et les conséquences en matière environnementale du chantier et de la circulation routière à l'issue des travaux.

S'agissant de l'ensemble de ces questionnements, les services de l'Etat, du Conseil général et l'ANAS se sont voulus pédagogiques et rassurants. Le doublement du tunnel répond à des obligations d'ordre sécuritaire, notamment en cas d'incendie, permettant aux usagers de passer d'un tunnel à l'autre. L'actuelle durée de fermeture ne devrait pas se prolonger au-delà de la fin du mois de janvier 2015. La période de fêtes de fin d'année sera épargnée et le tunnel rouvert en permanence. Enfin, concernant les questions environnementales et sécuritaires, Sylvie Cendre a annoncé qu'une étude prospective sur l'évolution du trafic routier sera rapidement réalisée par les services techniques compétents.

Le devenir de la ligne ferroviaire Nice-Tende-Vintimille-Cuneo a également été abordé au cours de cette réunion. Il a été annoncé la mise en place d'une instance de concertation afin que d'éventuels travaux simultanés du tunnel et de la voie ferrée soient gérés au mieux afin d'entraver le moins possible la circulation dans la vallée.

photo 1